Bienvenue à la moitié de la nature

Bienvenue à la moitié de la nature

‘Sur papier, un peu plus de 10 % de la surface de la terre est protégée à ce jour. Même si tous ces espaces sont proprement conservés, la superficie totale ne peut que protéger une modeste fraction des espèces sauvages… Nous devons, le plus rapidement le meilleur, établir un nouvel objectif de conservation… puis-je suggérer 50 %. La moitié pour l’humanité, la moitié pour le reste de la vie sur terre afin de créer une planète à la fois auto-suffisante et plaisante.‘ E.O. Wilson, The Future of Life, Knopf, 2002 (Traduction libre) La protection de la moitié de la planète, terre et eau, de façon interconnectée est une vision ambitieuse pour assurer le maintien de la vie sur terre. La photojournaliste Morgan Heim nous plonge au cœur de cette nouvelle vision de conservation dans cette vidéo multimédia à l’aide de photographies et d’entrevues. (En anglais seulement pour...
Boulder, Colorado, États-Unis

Boulder, Colorado, États-Unis

La moitié pour la nature a Boulder. Avec 68% de protégée, le comté de Boulder est un exemple parfait de la moitié pour la nature. Mais comment se passe la cohabitation entre les humains et les animaux qui y vivent ? Pensez à plus de 500 espèces d’animaux, un mélange de prairie ouverte, de forêts denses, de montagnes enneigées et plus de 370 km de sentiers de randonnée traversant ces divers paysages. Ce qui veut aussi dire être capable de sortir de chez soi et de partir à la découverte de paysage qui n’ont pas changé depuis la dernière période glaciaire ou de voir un papillon dont la survie dépend d’une seule espèce de fleur. Encore plus, la moitié pour la nature c’est l’air que l’on respire, l’eau que l’on boit et la nourriture qui l’on mange. Que vous soyez une mère de quatre enfants, un marathonien ou une chouette des terriers qui niche dans un trou abandonné de chien de prairie, tous ces facteurs font de Boulder un endroit où l’on désire y vivre. Comment pourrait s’exprimer la moitié pour la nature près de chez vous ? En apprendre plus sur Boulder. Un héritage Avec plus de 370 km de sentiers, des orchidées rarissimes, des sommets de plus de 14 000 pieds et plus de territoire protégé que développé les résidents et visiteurs peuvent bien venir s’imprégner des paysages de Boulder. Mais comment en est-ce arriver là ? Ruth Wright, une pionnière pour la conservation de la nature à Boulder nous explique comment certaines innovations et des personnes dédiées en sont arrivées à protéger 68 % du territoire...
Canada: une vision qui fait du chemin depuis 10 ans

Canada: une vision qui fait du chemin depuis 10 ans

« L’un des aspects les plus encourageants au cours des dernières années pour la protection de la nature sauvage au Canada est la reconnaissance par une grande partie du public de l’importance de travailler à l’échelle des paysages pour la conservation de la nature » Harvey Locke IJW avril 2000 Depuis le début des années 2000, plusieurs instances canadiennes poursuivent la vision de protection d’au moins la moitié pour la nature et travaillent activement à sa réalisation. Ensemble, des Premières Nations, des groupes environnementaux, des gouvernements et des entreprises responsables collaborent pour la protection de la nature. Voici des exemples de succès et étapes clés pour la réalisation de la vision de la moitié pour la nature au Canada. Quand les groupes de conservation, scientifiques, divers gouvernements et la société civile s’enlignent derrière une vision : la moitié pour la nature En 2003, la Vision pour la conservation de la forêt boréale réunissait des signataires provenant des entreprises liées à l’extraction des ressources, des Premières Nations et plusieurs groupes de conservation. La Vision a pour objectif de préserver au moins la moitié de la forêt boréale en un réseau de vastes aires protégées interconnectées tout en promouvant des pratiques de gestion écosystèmique des ressources parmi les plus avancées au monde dans le reste du territoire boréal. Cette Vision est basée sur la meilleure science disponible. La forêt boréale au Canada représente 60% du territoire terrestre. (Carte) En 2005, La Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP), un leader dans la conservation au Canada, adopte sa nouvelle vision nationale de protéger au moins la moitié de l’ensemble...
Nations Deh Cho

Nations Deh Cho

Ce plan appel à la protection de plus de 50 %. Le territoire Deh Cho comprend 220 000 km2 près de la rivière Mackenzie (Deh Cho) dans les Territoires du Nord-Ouest au Canada, une superficie couverte de forêt boréale plus grande que plusieurs pays. Les Premières nations Deh Cho font partie du peuple Dene qui occupe se territoire depuis des temps immémoriaux. Certains aînés sont nés dans le territoire et notre langue Slavey est toujours parlée. Les activités de récoltes traditionnelles font partie intégrante de nos activités économiques et culturelles. Il y a de grandes pressions pour le développement d’activités industrielles incluant un gaséoduc et des mines. Le territoire être d’une importance capitale pour notre people. Nous avons des droits protégés sous le chapitre 35 de l’Acte constitutionnelle du Canada, mais ils sont menacés par le processus de discussion avec le gouvernement du Canada afin d’en arriver à un traité sur l’avenir de nos terres. Nos efforts de conservation de la nature sauvage ont commencé avec un exercice de cartographie des territoires importants pour la poursuite nos activités traditionnelles en consultation avec notre peuple. Nous avons ensuite ajouteé des données digitales de la science moderne. La carte résultante montrait les aires à protéger centrales et les corridors importants pour la connectivité afin d’assurer la continuation de nos activités traditionnelles et de protéger notre territoire. Nous avons ensuite négocié avec le Canada pour la mise en réserve de ces zones identifiées de tout développement industriel pendant le processus de négociation. Nous envisageons un éventail d’instruments légaux pour la protection permanente de ces territoires, incluant le travail avec Parcs Canada pour...
Bhutan

Bhutan

Le bonheur national brut (BNB) inclus les aires protégées. Le gouvernement du Bhutan a développé une approche des plus proactives pour assurer le maintien de l’intégrité des écosystèmes et de la biodiversité. Cette approche est basée sur de grandes aires protégées interconnectées à travers un réseau de corridors biologiques. Le ministère de l’agriculture et de la foresterie du Bhutan, division de la conservation de la nature rapporte en 2009 que le pays compte 10 aires protégées totalisant 16 396,43 km2, soit 42,71 % de la superficie totale. A cela s’ajoute 3 307,14 km2 de corridors biologiques reliant les aires protégées entre elles, représentant 8,61 % du territoire. Le Bhutan protège ainsi 51,32 % de son territoire en date de novembre 2009. Les aires protégées et les corridors sont gérés par une stratégie de conservation à l’échelle du paysage appelée le Complexe de conservation biologique du Bhutan (B2C2 en anglais). Dans l’introduction de la stratégie, le Secrétaire Sangay remarque que les objectifs clés de la stratégie inclus : • focaliser sur la conservation de la biodiversité dans les aires protégées ; • favoriser les interactions hommes-nature positives ; • promouvoir de l’éducation publique relative à l’environnement ; • encourager les partenariats dans des programmes de conservations pour adresser la diversité des enjeux lie a la protection de la nature ; et • optimiser l’utilisation des ressources limitées. (cliquez ici pour télécharger la version complète de la stratégie, en anglais, 2,5 MB) On retrouve aussi au Bhutan des petites zones de conservation, majoritairement gérées par le milieu privé, totalisant moins de 1 % du territoire. Ces dernières ne sont pas officiellement...
Costa Rica

Costa Rica

En 2009, on dénombre 169 aires protégées au Costa Rica, soit 26,2 % de la superficie terrestre et 0,9 % des milieux marins. 13,75 % de cette superficie est strictement protégée. On retrouve sur la balance un certain niveau d’extraction des ressources. Le Costa Rica a initie en 1995 un processus de planification du territoire (GRUAS – Propuesta de ordenamiento territorial para la conservacion de la biodiversidad) afin d’évaluer ou les efforts de conservation doivent être entrepris pour assurer que 90 % de la diversité biologique du Costa Rica soit protégée. La phase II (GRUAS II) de ce processus a été complétée en 2007. On retrouve dans le rapport de GRUAS II les éléments suivants : • 5,93 % du Costa Rica est sous des tenures privées et non protégées de façon permanente, mais sous des contrats à court terme, moins de 10 ans, de paiements pour les services écologiques. Ces contrats peuvent ne pas être renouvelés après leur expiration et ne peuvent donc pas être comptabilisé comme aires protégées par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Par contre ces territoires sous contrat ont un grand potentiel pour la conservation à long terme. • 36 corridors biologiques sont identifies pour favoriser la connectivite entre les aires protégées. • Les zones prioritaires identifies pour assure l’intégrité écologique représente un gain potentiel additionnel de 5,54 % du territoire. • Des consultations publiques ont identifiées 7,2 % de territoires additionnels représentant des priorités régionales pour la conservation. Il y a par contre des chevauchements avec le 5,54 identifié nationalement. Le Costa Rica n’a pas encore atteint son objectif de...