Nations Deh Cho

Nations Deh Cho

Ce plan appel à la protection de plus de 50 %.

Le territoire Deh Cho comprend 220 000 km2 près de la rivière Mackenzie (Deh Cho) dans les Territoires du Nord-Ouest au Canada, une superficie couverte de forêt boréale plus grande que plusieurs pays. Les Premières nations Deh Cho font partie du peuple Dene qui occupe se territoire depuis des temps immémoriaux. Certains aînés sont nés dans le territoire et notre langue Slavey est toujours parlée. Les activités de récoltes traditionnelles font partie intégrante de nos activités économiques et culturelles. Il y a de grandes pressions pour le développement d’activités industrielles incluant un gaséoduc et des mines. Le territoire être d’une importance capitale pour notre people. Nous avons des droits protégés sous le chapitre 35 de l’Acte constitutionnelle du Canada, mais ils sont menacés par le processus de discussion avec le gouvernement du Canada afin d’en arriver à un traité sur l’avenir de nos terres.

Nos efforts de conservation de la nature sauvage ont commencé avec un exercice de cartographie des territoires importants pour la poursuite nos activités traditionnelles en consultation avec notre peuple. Nous avons ensuite ajouteé des données digitales de la science moderne. La carte résultante montrait les aires à protéger centrales et les corridors importants pour la connectivité afin d’assurer la continuation de nos activités traditionnelles et de protéger notre territoire. Nous avons ensuite négocié avec le Canada pour la mise en réserve de ces zones identifiées de tout développement industriel pendant le processus de négociation. Nous envisageons un éventail d’instruments légaux pour la protection permanente de ces territoires, incluant le travail avec Parcs Canada pour l’expansion du parc national de la rivière Nahanni sud et sur le Plateau Ram (une zone de 36 000 km2) sous la Loi sur les parcs nationaux du Canada qui permet une gestion conjointe. Ce bassin versant est vital pour la qualité de notre eau et de notre culture.

La prochaine étape pour protéger notre territoire est le processus de planification d’utilisation du territoire Deh Cho qui est en cours. Un rapport préliminaire fut publié en 2005. Ce plan appel à la protection de plus de 50 % de notre territoire de manière interconnectée entre les aires protégées, un pourcentage de protection qui je crois bien devrais être une règle générale pour toutes les Premières nations qui veulent assurer leur futur ainsi que celui de leur territoire et des espèces qui y vivent. La bonne gestion basée sur l’équilibre d’utilisation du territoire doit être faite à travers la planification de zone de gestion particulière, de zone d’utilisation générale et des corridors pour les infrastructures afin d’accommoder les activités industrielles. Cette planification doit être réfléchit avec bienveillance. Ceci est cohérent avec la Vision pour la conservation de la forêt boréale à laquelle nous sommes un signataire fondateur. Le comité de planification d’utilisation du territoire Deh Cho va consulter sur le plan en 2006. Par la suite, nous travaillerons à ce que le plan final, incluant la protection du territoire, soit adopté pour notre territoire dans le processus de négociation avec le Canada. Nous nous attendons à ce que le processus soit complété en mars 2008.